LES INTELLIGENCES MULTIPLES (partie 1)

07-02-2017


Existe-t-il plusieurs formes d’intelligence ?


Les neurosciences nous apprennent comment fonctionne notre cerveau et plus précisément, les sciences cognitives nous permettent de décrire et d’expliquer nos systèmes complexes de traitement de l’information qui nous rendent capables d’acquérir, conserver, utiliser et transmettre des connaissances.

En étudiant et en modélisant les phénomènes de la perception, de l’intelligence, du langage, de la mémoire, de l’attention, du raisonnement, des émotions et de la conscience, les sciences cognitives nous ont donné des grilles de lecture pour mieux « se voir » et « se comprendre » fonctionner.

Nous découvrons ainsi que nous avons trois cerveaux, tout à la fois, distincts et autonomes, et reliés afin de communiquer et d’échanger des informations.

  1. Le cerveau comprend 3 parties : cortex, limbique et reptilienet deux hémisphères, gauche et droit.

➠  Le cerveau contient au total 100 milliards de neurones.

Loin d’être utilisé à 10%, selon une légende persistante, notre cerveau serait plutôt très occupé. Toutefois, dû à sa forte consommation d’énergie, il ne pourrait, semble-t-il, activer qu’entre 1 et 16% de ses neurones en même temps dans une région donnée. Cela expliquerait pourquoi il est si difficile d’être pleinement multitâches et pourquoi notre cerveau opérerait de nombreuses opérations inconsciemment.

  1. Un « cerveau » dans notre cœur. Son rôle est bien entendu de gérer le rythme cardiaque, le fonctionnement du cœur, mais au delà, il semble que le cœur puisse aussi apprendre, se souvenir, percevoir, prendre des décisions et passer à l’action indépendamment du cerveau.

 

Le système neuronal du cœur est doté de quatre types de connexions qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête.

  • La communication neurologique qui au moyen de la transmission d’impulsions nerveuses permet au cœur d’envoyer plus d’informations au cerveau qu’il n’en reçoit. Le cœur peut ainsi inhiber ou activer des parties déterminées du cerveau, selon les circonstances, et influer sur la perception de la réalité et sur les réactions induites.
  • L’information biochimique qui au moyen des hormones et des neurotransmetteurs, permet entre autre de produire l’hormone ANF assurant l’homéostasie du corps. Le cœur peut ainsi empêcher la production de l’hormone du stress, le cortisol, et diffuser l’ocytocine, plus connue sous le nom « d’hormone de l’amour et de l’attachement maternel ».
  • La communication biophysique qui au moyen des ondes de pression dues au rythme cardiaque et à ses variations, permet au cœur d’envoyer des messages au cerveau et à l’ensemble du corps.
  • La communication énergétique qui au moyen du champ électromagnétique du cœur, 5.000 fois plus intense que celui du cerveau, permet de produire une variation en fonction de l’état émotionnel. Ce champ électromagnétique du cœur peut être perçu jusqu’à deux à quatre mètres alentour, à tel point que l’entourage peut recevoir l’information énergétique contenue dans notre cœur.

➠ Le système neuronal du cœur contient au total 40.000 neurones.

Y aurait-il un lien avec cette expression : « J’ai pris cette décision sur un coup de cœur »?

Blaise Pascal le dit autrement : “Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point”.

  1. Un cerveau dans notre ventre dit cerveau viscéral, qui contrôle le système digestif aussi bien pour l’activité motrice, péristaltisme et vomissements, que pour les sécrétions et la vascularisation et échangent des informations avec notre « tête ». Les recherches démontrent que notre cerveau entérique, celui du ventre, produit 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions.

➠ Le cerveau entérique ou système neuronal intestinal contient au total 200 millions de neurones, plus que dans le cerveau d’un chien.

Voilà, peut-être, pourquoi on dit aisément : « Je prend cette décision avec mes tripes!

La connaissance de ces trois cerveaux nous aide, entre autre, à mieux comprendre nos fonctionnements privilégiés, nos modes de communication, et nous permettent de travailler plus efficacement sur la gestion des émotions et du stress en métacognition.

 

Nous possédons tous des intelligences multiples!

En s’appuyant notamment sur la théorie des intelligences multiples ou IM, publiée dans l’ouvrage écrit par Howard Gardner, nous découvrons que nous possédons tous 8 intelligences distinctes (certains parlent de 9) qui se combinent à l’infini entre elles.

Toutefois, chacun possède 2 ou 3 intelligences privilégiées qu’il combine le plus souvent pour comprendreapprendre et trouver des solutions. La connaissance de ces dernières permet des prises de conscience et apportent des renseignements utiles concernant les qualités que nous développons naturellement, les caractéristiques particulières qui nous différencient et les préférences que nous utilisons instinctivement…

Les différents types d’intelligences 

  • L’intelligence linguistique : c’est l’intelligence de l’expression et des mots qui rend aisé leur utilisation, au point de jouer avec, de les connaitre, de les développer, de s’en servir finement. C’est l’aptitude à penser avec des mots et à employer le langage pour exprimer ou saisir des idées complexes.
  • L’intelligence logico-mathématique : ceux qui privilégient cette intelligence, excellent à faire des liens logiques et sont à l’aise dans l’abstraction. Ces personnes ont besoin, pour comprendre quelque chose, d’analyser les causes et les conséquences d’un phénomène ou d’une action. Elles ont aussi tendance à catégoriser et à ordonner les objets.
  • L’intelligence visuelle et spatiale : c’est la capacité à percevoir et transcrire en images ce qu’on entend, ce qu’on lit, ce qu’on comprend. C’est la capacité à visualiser et conscientiser l’espace. Les personnes qui développent fortement cette intelligence, comprennent en se représentant les choses à travers des images, des cartes cognitives, etc…
  • L’intelligence interpersonnelle : c’est l’intelligence relationnelle, celle qui nous permet de vivre harmonieusement en société, d’interagir avec les autres. Elle octroie une forte capacité d’adaptation, une compréhension aisée de l’autre permettant un décodage rapide de ses attitudes et une capacité à apprendre de lui. Cette intelligence permet de résoudre des problèmes liés aux relations avec les autres.
  • L’intelligence kynesthésiste : c’est l’intelligence du mouvement. C’est la capacité d’utiliser son corps pour exprimer une idée ou un sentiment, de maîtriser et interpréter ses mouvements, de manipuler des objets avec soin. C’est l’intelligence qui permet d’établir des relations entre l’esprit et le corps. Elle est particulièrement développée parmi les professions de chirurgiens, de danseurs, d’athlètes, ou d’artisans.
  • L’intelligence intrapersonnelle : c’est l’intelligence de soi, la capacité à conscientiser et décrypter ses propres émotions, son ressenti intérieur, mais aussi à rester ouvert à ses besoins pour les nourrir et à ses aspirations pour les poursuivre. Elle permet d’alimenter son auto-motivation et de porter un regard objectif sur soi-même par une représentation de soi précise et fidèle afin de l’utiliser efficacement dans la vie.
  • L’intelligence naturaliste : les personnes qui possèdent une intelligence naturaliste forte sont reconnues pour montrer une capacité étonnante à identifier les formes et structures de la nature, à distinguer et classifier animaux, plantes, roches, étoiles, planètes, ou même des éléments non naturels comme les voitures, les vêtements, etc. Cette intelligence permet de comprendre les modes de fonctionnement, d’organiser, de catégoriser. Elle permet d’être sensible à ce qui est vivant ou de comprendre l’environnement dans lequel l’homme évolue.
  • L’intelligence musicale : c’est la capacité à produire, distinguer, transformer, apprécier un rythme, une tonalité ou un timbre à caractère harmonique ou musical. Cette intelligence permet d’apprendre par la musique. C’est l’aptitude à penser en rythme et en mélodies, à reconnaître des modèles musicaux, à les interpréter et à en créer.

 

La carte heuristique des 8 intelligences de H. Gardner

Certains ajoutent cette neuvième intelligence aux 8 autres déjà représentées à travers la carte mentale précédente.

  • L’intelligence existentielle : Elle rend, les personnes qui l’utilisent, capables de prendre des temps de méditation, sensibles à la trahison tout comme à l’injustice. C’est l’intelligence des grandes questions existentielles sur la Vie, la Mort, la philosophie, la spiritualité, l’éthique et la morale. Elle permet la métacognition par la prise de recul et la mise en perspective des actes et de leurs conséquences. Elle pousse à la responsabilité.

 

La puissance des intelligences multiples 

Elles permettent de mieux se connaître et de comprendre plus aisément les autres afin d’optimiser son travail personnel et collaboratif. Elles font prendre conscience de ses qualités voire de ses talents innés, de ses forces, de ses compétences afin de pouvoir les travailler, les valoriser et adapter ses méthodes de travail pour une plus grande efficience et la facilitation de nouveaux apprentissages.

Si 2 ou 3 intelligences multiples sont naturellement privilégiées chez un individu, il y gagnera forcément à les développer consciemment pour devenir excellent et à chercher à travailler précisément sur les autres afin de s’enrichir et d’étendre ses limites afin de tendre vers de nouveaux possibles et de découvrir des chemins inexplorés.

Voici quelques premières questions à se poser:

– quelles sont mes intelligences multiples naturelles et privilégiées ?

– quels atouts m’octroient-elles ?

– quelles sont celles que j’aimerai particulièrement développer ?

– quels moyens je suis prêt à mettre en œuvre pour y arriver?

– quelles sont chez moi les intelligences encore trop peu utilisées et que j’aimerai commencer à pratiquer ?

– quel bénéfice pourrai-je en retirer ?

N’hésitez pas à me contacter pour échanger sur vos besoins et sur les moyens d’accompagnement ou de formation que nous pouvons mettre en place pour y répondre.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager 😉

Contacter Edouard Fillon


, , , , ,


4 réponses à “LES INTELLIGENCES MULTIPLES (partie 1)”

  1. fabulapetula dit :

    Merci pour ce travail clair et enrichissant, je le partagerai avec des personnes en proie à des troubles cognitifs.

  2. Olivier Hémont dit :

    Bonjour,

    Afin de pouvoir garantir un regard toujours critique, objectif, constructif et en cohérence vis à vis de notre pratique de coaching qui se doit de se renouveler et d’être garant de sa crédibilité, je me permets de vous transmettre quelques liens en relation avec votre article et qui porte sur une autre vision scientifique en terme de théorie IM et des dérives d’interprétation par rapport aux découvertes émanant des neurosciences:
    http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-fin-mythe-personnes-cerveau-droit-gauche-48433/
    https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/14080/Que%20dit%20la%20science%20à%20propos%20des%20intelligences%20multiples-2012.pdf?sequence=1&isAllowed=y
    http://www.cygnification.com/deux-mythes-sur-le-cerveau-qui-ont-la-vie-dure/

    Bien à vous,

  3. Lucas Gruez dit :

    Bonjour
    Merci à vous pour le partage de vos réflexions et de l’utilisation de ma carte mentale de synthèse de présentation des 8 IM
    Cordialement
    Lucas Gruez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur

Edouard Fillon

Edouard Fillon

Consultant, Coach, Formateur

#consultant #coachprofessionnel #formateur #transitionprofessionnelle #bilancompétences #entreprise #intelligencecollective #RPS #gestionpréventionstress #coachingequipe, #coachingdirigeant