ACTIVITY NEEDS HUMANITY (1)

05-10-2017



« L’indéfinition identitaire » du management aujourd’hui et l’angoisse qui la poursuit vient souvent du fait que nous appliquons par habitude au présent des solutions dissonantes et révolues car la vision que nous avons de notre monde change plus rapidement que nos capacités d’appréhension de ces évolutions. Le paradigme managérial n’échappe pas à cette logique. 

Nous agissons, avec des réponses spontanées en termes de méthodes et de protocoles, comme si nous étions encore dans un simple exercice de Gestion des RH, comme si la notion de capital humain n’avait pas déjà tout changé. Le GPS RH n’est-il pas obsolète depuis longtemps ? La Mise à jour effectuée par le coaching a changé les mentalités et amorcé une vision positive et néanmoins pragmatique de l’humain en entreprise.

 

« Activity needs Humanity » : Lorsque nous avons inscrit cette phrase en 2006 au cœur de notre approche, nous étions des philosophes idéalistes, des gentils, des coachs… Une version douce et féminine de l’entreprise….  Des littéraires presque…

 

Aujourd’hui, c’est un principe de réalité aussi bien qu’une exigence au cœur du développement des organisations. L’entreprise doit faire vivre ce principe non plus seulement dans les croyances, les valeurs, voire simplement dans les plans de com’ mais aussi dans le même temps dans l’expérientiel, le comportemental.  Exit la séparation entre les valeurs de surfaces et les valeurs profondes.  L’organisation se doit d’être alignée et congruente.  L’humanisme 2.0 est un vécu psychique et physique… Une éthique de la responsabilité et de l’action appliquée au monde de l’entreprise. Une morale presque. Sens, bien-être, épanouissement, affirmation de soi, intelligence collective et collaborative, flow, développement durable. Finie, la formation à la gestion du temps, aujourd’hui nous avons créé une formation au Management Socialement Responsable… Finie la superficialité des typologies et la frilosité des protocoles, l’occurrence est à l’essor, la créativité, la synchronicité. L’heure n’est plus au bilan mais à la prospective. La pédagogie n’est plus dans la correction mais dans l’action. L’entreprise se libère désormais des approches psychologisantes certes rémunératrices et potentiellement pathogènes pour se concentrer sur les potentialités individuelles et collectives, sur la démarche collaborative. Bref, sur le cœur positif, sur le choix, l’engagement.

 

En fait, dans ce grand jeu des possibles du management, les notions d’humain, d’humanité et d’humanisme conditionnent la réponse et façonnent la manière de déployer cette notion de capital humain. Ne répondre qu’au travers du prisme de l’individu au risque d’une crispation égalitaire dogmatique et militante occulte la nécessaire dimension collective au profil de stratégie RH de Management et de modèle d’organisation et de décision sans dimension humaine.

Les trois donnent l’élan au développement de l’organisation et la virtuosité au cercle.

L’humain donne une identité à l’entreprise, l’humanité en action l’incarne et l’humanisme la pérennise…

 

Stéphanie Plessis


, , ,


4 réponses à “ACTIVITY NEEDS HUMANITY (1)”

  1. CLARINO dit :

    Très belle plume. Beaucoup de concepts embarqués. La Direction a prendre est cependant bien là. Gageons que de nombreux décideurs se rallient à cette cause. Principe de réalité ou de cohérence oblige.

  2. DORNIER dit :

    Excellente initiative! Nous manquons de (vrais) chefs. Il n’y a pas beaucoup de formation de qualité. Il était temps que vous investissiez le terrain.

  3. Eh bien tout un programme, il est vrai que le Manager Non-Socialement Responsable avait une fâcheuse tendance à se reproduire, d’où autant de dégâts auprès des équipes et même auprès des entreprises elles-mêmes. Les limites imposées par de telles pratiques, empêchent l’épanouissement des personnes et le développement véritable et durable des entreprises. Je suis moi aussi convaincu que ce chemin est à suivre pour obtenir une dimension plus éthique dans le rôle et la fonction de manager et des dirigeants. C’est en quelque sorte un investissement pour l’avenir et c’est aussi ce que je promeus dans mon travail.

  4. Aline Bizien dit :

    Tout ceci est tellement vrai ! De plus, iI suffit d’une minorité de décideurs ou managers au sein de chaque organisation, pour que le changement vers plus d’humanisme opère. Et nous, coachs, sommes bien placés pour accompagner ce changement positif avec éthique. @Stéphanie Plessis: quel plaisir de pouvoir pratiquer le Coaching avec des bases solides et hautement qualitatives tel que vous l’enseignez dans votre programme de formation à Linkup Coaching ! Merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur

Stéphanie Plessis

Stéphanie Plessis

Co-Fondatrice Linkup Coaching

#Coachprofessionnel #Superviseurdecoachs #Préparateurmentalsportif #Consultante #Conférencière #entreprise #dirigeants #équipe #gouvernance #managementsocialementdurable #leadershipauféminin #developpementdurable #ethiquedesaffaires #stratégieRH