Autorité

07-06-2018



Le Dictionnaire Philosophique du Coach est un projet visant à proposer une définition des concepts liés au métier de coach, en mettant en lumière leur dimension philosophique. Avoir une idée claire des notions qui sont aux fondements d’une pratique, c’est essentiel pour le coach en devenir qui questionne naturellement la signification de son vocabulaire, mais aussi pour le coach accompli qui cherche une plus grande maîtrise de sa connaissance. L’aspect philosophique du vocabulaire du coaching rend au lecteur les mots dans leur sens le plus précis mais qui s’avère être souvent étonnant et plein d’interrogations.

-Autorité

L’autorité est la capacité de se faire obéir. Nous disons bien capacité et non pas pouvoir, puisque ce dernier terme peut prêter à confusion. Le pouvoir peut en effet renvoyer vers la violence alors que l’autorité se passe justement de l’emploi de la force. Dans son article Qu’est-ce que l’autorité ? Hannah Arendt explicite cela en écrivant que « là où la force est employée, l’autorité proprement dite a échoué. »[1] Cette philosophe s’affaire ensuite à parler de l’autorité comme d’une organisation sociale appartenant au passé, traversant une crise dans présent et dont la pleine signification dépasse ainsi la définition purement formelle du terme d’« autorité ». Elle parle du modèle chrétien de régime autoritaire – de ce qui constitue, en occident, l’autorité en propre : « la pyramide est en effet une image particulièrement adéquate pour un édifice gouvernemental qu’a au-dehors de lui-même la source de son autorité, mais où le siège du pouvoir si situe au sommet, d’où l’autorité et le pouvoir descendent vers la base de telle sorte que chacune des strates successives possède quelque autorité, mais moins que la strate supérieure (…) »[2]. C’est là un modèle social qui n’est pas conçu comme violent puisque la source de l’autorité est extérieure à la pyramide, de sorte qu’il n’est pas question de l’autorité comme d’une domination de l’homme par l’homme.

Le concept d’autorité dépasse donc l’individu : l’autorité est une structure hiérarchique sociale fondée sur la sphère dite « prépolitique » de la relation parents-enfant, maître-élève, où le besoin d’obéir est non seulement légitime et naturel mais avant tout nécessaire pour la conservation de l’espèce. Celui qui jouit d’une autorité ne le fais justement pas en vertu de son propre pouvoir mais en vertu de la position qu’il occupe. Il n’en est pas moins que, dans une perspective davantage naturelle et de premier plan, la notion d’autorité peut être envisagée comme une posture grâce à laquelle nous sommes naturellement écoutés, compris, suivis – entendus –  sans que cela soit interprété comme une manifestation de force ni sans que cela aboutisse dans une forme de tyrannie. Tout le monde peut travailler sur son autorité naturelle. Le coach ne peut ainsi que s’intéresser à un tel concept, car celui-ci fait partie intégrante de l’épanouissement global et humain de son client.


[1] Arendt, H., la Crise de la culture, éd. Gallimard, paris, 1972, trad. Patrick Lévy, p.123.

[2] Ibid., p.130.


, , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.