SÉLECTION DE LECTURES AUTOUR DU COACHING – MARS

21-03-2017



Le jour s’approche où j’aurai le plaisir de vous présenter dans cette rubrique le premier numéro (en publication papier) de la Revue Européenne de Coaching, mais ce jour n’est pas encore arrivé. Armons-nous donc de patience et ne nous détournons pas de notre but : établir une bibliographie (que dis-je, une bibliothèque !) que le monde nous enviera, qui sera louée pour des siècles et des siècles, en espérant que personne ne la fasse brûler (vous constaterez là les bienfaits du numérique).

Si nous patienterons ensemble encore un peu (notez que cet excellent blog vous propose un avant-goût ici), je préfère éviter les silences gênant de salle d’attente avec une stratégie séculaire : le recours à la lecture (que nous offre tout médecin qui se respecte, dans un souci de mieux nourrir l’âme pour réparer les corps).

Etant donné que je ne suis pas moi-même lié par le serment d’Hippocrate, je m’autorise à m’éloigner des traditionnels Gala, VSD, L’express, Paris Match, etc., en espérant que vous me pardonniez cet écart.

Comme d’habitude, vous trouverez dans ce billet trois livres : L’homme cognitif, un ouvrage collectif dirigé par Annick Weil-Barais qui se propose d’offrir une perspective nouvelle de l’individu, entre déterminismes biologique et social. Notez qu’à ce sujet, un auteur comme Gérald Bronner dont nous avions parlé lors des premiers billets s’inscrit également dans cette perspective cognitive. L’art d’avoir toujours raison de Schopenhauer, qui vous permettra d’argumenter avec succès en toutes circonstances. Intelligence émotionnelle & coaching de Mohamed Nasraddine Belfali, qui traite de la question de l’intelligence émotionnelle dans le cadre du processus de coaching.

 

Bibliographie

Ainsi, nous sommes quasi obligés d’être malhonnêtes lors de la controverse, ou tout du moins légèrement tentés de l’être. De cette façon, la faiblesse de notre intelligence et la perversité de notre volonté se soutiennent mutuellement. | Arthur Schopenhauer, L’art d’avoir toujours raison, Mille et une nuits, 2000 (1864) [autre titre : La dialectique éristique]

 

Arthur Schopenhauer, L’art d’avoir toujours raison, Mille et une nuits, 2000 (1864) [autre titre : La dialectique éristique]

Schopenhauer y distingue la dialectique de la logique. Cette dernière devant se soucier de la vérité objective, donc du fond du propos, quand la première ne doit se soucier que de la forme, c’est-à-dire qu’elle doit assurer la bonne réception du discours. De fait, elle est essentiellement « l’art d’avoir toujours raison ». En d’autres mots, la dialectique est une « joute intellectuelle pour avoir toujours raison dans la controverse » (16). Deux choses sont à noter à partir de là. Si Schopenhauer rejette l’idée d’une vérité objective, ou du moins avance-t-il le fait qu’il nous est impossible de la discerner, différence doit toujours être faite entre logique et sophisme. La première tend vers cette vérité, quand la seconde n’a pour but que d’appliquer des thèses fausses. S’il est donc utile épistémologiquement de séparer logique et dialectique, gardons à l’esprit que ce livre de Schopenhauer n’est pas un manuel de sophistique, mais bien de dialectique, c’est-à-dire une discipline qui ne tente ni d’atteindre la vérité, ni de promouvoir des thèses fausses, mais simplement de permettre d’emporter un débat. L’usage que l’on en fera étant de la responsabilité de l’acteur.

 

Annick Weil-Barais (dir.), L’homme cognitif, PUF « Quadrige, Manuels », 2005

Cette somme regroupe des contributions de cinq auteurs différents, rassemblées par Weil-Barais : Danièle Dubois, Serge Nicolas, Jean-Louis Pedinielli, Arlette Streri et Annick Weil-Barais. Elle s’inscrit résolument dans un courant plus ou moins nouveaux et transversal des sciences humaines, les sciences cognitives. Ce courant rassemble des apports psychologiques, sociologiques ou encore économiques. Cet ouvrage se concentre sur les apports de la psychologie, en proposant des contributions orientées autour de cinq thèmes : l’anthropologie portée par la psychologie, la perception, la communication, la mémoire, la raison.

 

Mohamed Nasraddine Belfali, Intelligence émotionnelle & coaching. La communication NonViolente comme outil d’accompagnement, Equation de la conscience « Collection Linkup Coaching », 2016

Pour l’auteur, nous ne pouvons ni ne devons ignorer notre Intelligence Émotionnelle dans la prise de nos décisions, tout simplement parce qu’émotion et raison sont liées. L’implication de l’émotion dans nos décisions est un processus inconscient et le travail du coach est d’accompagner ses clients à conscientiser ce processus pour en profiter au mieux. La thèse de l’auteur est que l’apprentissage et le développement des capacités émotionnelles sont centrales dans le développement de l’individu.

 

Conseils de lecture

Le livre de Schopenhauer est très abordable, en termes de taille d’abord (un peu moins de 80 pages petit format) et en termes de contenu ensuite. L’auteur y a le mérite de convoquer notions, concepts et courants philosophiques tout en proposant un livre simple à lire et à comprendre, qui stimulera l’intellect et l’imagination. Il est ainsi composé d’une première partie qui revient sur ce qu’est la dialectique, et d’une seconde qui présente une liste de stratagèmes dialectiques (il y en a 38, complétés de trois appendices). L’Homme cognitif est d’un format tout autre, c’est un livre de près de 600 pages qui a l’avantage d’être exhaustif sur l’abord psychologique des sciences cognitives, il est de fait incontournable si vous vous intéressez à ces sujets. Le propos est clair et scientifique, il requiert un minimum de connaissances en sciences humaines et sociales. Quant au livre de Mohamed Nasraddine Belfali, il est résolument orienté vers une discipline pratique d’accompagnement (le coaching). Il y brosse ainsi les différents aspects du concept présenté tout en l’éclairant de différents exemples et différentes situations de mise ne pratique, ce qui aère le propos. Bref, à l’inverse du mois dernier, voici une fournée abordable et agréable à lire.

 

A bientôt chers lecteurs, et un excellent mois de mars à tous.

PS : pas de citation de Shakespeare ce mois-ci, c’est triste mais c’est comme ça, c’est le destin, comme dans Hamlet.

 


, , , , , , ,


2 réponses à “SÉLECTION DE LECTURES AUTOUR DU COACHING – MARS”

  1. Caroline Risposi dit :

    Merci à vous pour cette excellente rubrique !

  2. Schulmann dit :

    Excellent Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *