SÉLECTION DE LECTURES AUTOUR DU COACHING – AVRIL

18-04-2017


Bonjour à tous, une fois n’est pas coutume, le thème n’est pas strict.


En fait, plus cette rubrique avance plus l’obligation de proposer un thème nous semble une insupportable atteinte à notre liberté individuelle, à nos libertés individuelles. Comme un enfant qui, passé l’âge de quatre ans, apprend à faire valoir sa propre individualité (en proférant le fameux : « non »), nous refusons dorénavant de nous y soumettre. Et puis vous conviendrez que Pâques n’a pas grand-chose à voir avec la littérature.

Comme annoncé le mois dernier entre les lignes, ce mois d‘avril est béni à pleins d’égards, et surtout parce qu’il devient en cet an 2017 le mois de la publication papier du premier numéro de la Revue Européenne de Coaching, vous en trouverez donc un court résumé ci-après.

Nous aurions pu tomber dans les affres de la politique et vous proposer le thème « élections », mais puisque nous sommes entre gentlewomen et gentlemen (entre gens de qualité), croyez bien que nous n’en ferons rien. La politique n’a cependant pas à être rabaissée intellectuellement sous prétexte qu’elle l’est en fait. Ainsi, la seconde lecture que nous vous conseillons ce mois-ci est un essai d’écologie politique écrit par Razmig Keucheyan et intitulé La nature est un champ de bataille, dans lequel l’auteur revient sur les liens étroits entre Nature, Capitalisme et Etats dans le cadre de la crise environnementale que nous connaissons aujourd’hui.

Le troisième livre fera honneur aux enfants de quatre ans dont nous parlions plus haut, mais en apparence seulement, puisque cette philosophie du non de Gaston Bachelard est loin d’être une sanction unilatérale.

Vous trouverez je l’espère dans ces livres et dans cette revue des lectures intéressantes, c’est la moindre des choses, mais surtout, et j’insiste là-dessus, des lectures stimulantes qui vous feront réfléchir, cogiter, écrire peut-être. Sachez qu’elles l’ont en tout cas été pour l’auteur de ces lignes.

 

Bibliographie

« La théorie est la vérité mathématique qui n’a pas encore trouvé sa réalisation complète. Le savant doit chercher cette réalisation complète. Il faut forcer la nature à aller aussi loin que notre esprit » | Gaston Bachelard 2008, p. 36

Revue Européenne de Coaching, numéro 1, Décembre 2016, Presses Linkup

Le premier numéro de la Revue Européenne de Coaching interroge la place de l’individu dans les organisations, il propose à ce titre sept articles (dont une introduction intitulée « l’individu au centre » que nous avons reproduite dans ce Médiablog ici) qui abordent de différentes manières la question. Vous y trouverez deux réflexions qui se place dans une perspective philosophique d’éthique des affaires (« Corps et travail : comment sortir du piège du bien-être ? » et « Quarante ans après, les problèmes de l’éthique des affaires sont-ils toujours insolubles ? ») et interroge donc la place de l’éthique dans le monde professionnel. Une réflexion plus orientée vers les sciences de gestion et le droit, qui propose de revenir sur l’impact de la RSE, notamment en ce qui concerne le développement – justement – d’une éthique au travail (« La Stratégie en responsabilité sociale (RSE) : Un facteur de développement de la résilience des entreprises »). Une réflexion sociologique sur la question de la rationalité et des théories des organisations (« Les enjeux d’une redéfinition de la rationalité dans le cadre des organisations ») et enfin deux réflexions philosophiques, l’une sur la question du corps à partir de Nietzsche (« Deviens ce que tu es »), l’autre sur la notion de déterritorialisation chère à Deleuze (« La Géosophie de Gilles Deleuze »).

Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille, La Découverte « Zones », 2014

L’auteur y propose, dans une perspective marxiste, une écologie politique. Il montre en effet que la nature est un espace où les enjeux sociaux existants (et géopolitiques, militaires, économiques, etc.) sont loin d’être absent, cet espace constitue en cela un champ de bataille, comme l’atteste la notion de racisme environnemental qui nous permet de faire un lien entre problématiques sociales et usage de la nature. La thèse défendue par Keucheyan est que loin d’effacer les différences de classe, de race, de genre, etc. (une hypothèse portée par nombre d’auteurs pour qui face au changement climatique, nous sommes tous dans le même bateau), la crise environnementale ne fera que les refléter, les réfléchir, voire les attiser. La deuxième thèse fondamentale est celle qui consiste à dire que la crise environnementale est en définitive une crise du capitalisme. Le premier chapitre s’attache à définir cette notion de racisme environnemental. Les deuxième et troisième chapitres sont quant à eux consacrés aux « deux solutions que le capitalisme, depuis qu’il existe, applique aux situations de crise qu’il traverse et à l’aggravation des inégalités qu’elles engendrent » (p. 14). Ces deux solutions sont d’abord la financiarisation, ensuite la guerre.

Gaston Bachelard, La philosophie du non, PUF « Quadrige », 2008 (1940)

Ce livre de Bachelard est une réflexion épistémologique qui interroge la philosophie des sciences. La thèse défendue par l’auteur est que tout concept scientifique est pourvu de perspectives philosophiques dont il se rapproche au gré des paradigmes dominants. Ces perspectives philosophiques sont : l’animisme, le réalisme, le positivisme, le rationalisme, le rationalisme complexe et le rationalisme dialectique. Il édicte son programme dès le premier chapitre (p. 19) : « Nous montrerons que l’évolution philosophique d’une connaissance scientifique particulière est un mouvement qui traverse toutes ces doctrines dans l’ordre que nous avons indiqué [c’est-à-dire l’ordre des perspectives philosophiques pré-citées] ».

 

Conseils de lecture

L’essai de Razmig Keucheyan est tout à fait stimulant, il aborde des sujets d’actualité de manière érudite et propose une réflexion particulièrement puissante sur la question de la crise environnementale. Nous recommandons fortement, d’autant plus que le livre est agréable à lire. Le livre de Bachelard est également excellent, c’est un grand classique de la philosophie des sciences qui ne pourra que stimuler l’intellect de tout lecteur. Il reste néanmoins bien plus complexe et donc moins abordable que le livre de Keucheyan, et, la réflexion y étant plus abstraite, des bases en philosophie des sciences seront peut-être nécessaires. Quant à la Revue Européenne de Coaching, les articles restent des articles scientifiques précis qui peuvent demander une attention particulière à la lecture. Comme dans toute publication qui implique différents auteurs, vous y rencontrerez différents styles d’écriture qui vous siéront plus ou moins.


, , , , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *