Revue Européenne de Coaching – Numéro 3

29-06-2017



Bonjour à tous, le troisième numéro de la Revue Européenne de Coaching sort cet après-midi et sera notre premier numéro estival, avec trois articles de recherche et le compte-rendu d’un ouvrage.

Si vous trouverez un avant-goût dans ce court article de présentation, rendez-vous à 16h (suivez le lien) pour découvrir les publications complètes. Nous vous présentons ici l’introduction de l’article de Diego Torraca, deuxième partie de l’article sur la reconnaissance d’autrui chez Max Scheler paru dans le numéro 2. Les trois autres contributions sont les suivantes : La notion d’identité collective, de Richard Wittorski, Introduction à la théorie spinoziste des sentiments (deuxième partie), de Ricardo Alatorre, Compte Rendu : Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme (La Découverte, 2002 [1983]), de Théophile Bagur.

Ce troisième numéro, comme vous pouvez le constater, est la suite logique du numéro 2, nous continuons d’approfondir la question de l’identité, avec cette fois-ci une emphase mise sur l’identité collective. L’article de Wittorski montrera en quoi cette notion d’identité collective engage autant le collectif que l’individu, en ce qu’elle est à la fois révélatrice de la conscience d’un groupe et subjectivement vécue. Ainsi, elle est une composante à part entière de l’identité individuelle, qui intéresse tous les coachs professionnels.

Le compte-rendu du livre d’Anderson par Bagur se situe en prolongement de ce premier article et met l’accent sur une identité collective particulière, la nation, en montrant en quoi son développement est une construction historique liée à un changement de représentations sociales dans la période charnière des XVIIIe et XIXe siècles. Ce faisant, ce compte-rendu fait figure d’illustration et nous permettra de mieux comprendre les liens entre représentations sociales et identités collectives.

Quant aux articles de Torraca et Alatorre, ce sont les suites des deux articles parus précédemment dans le numéro 2, ils se concentrent sur les questions de construction identitaire, encore une fois au coeur des préoccupations du coaching.

Excellente journée à tous et bon été, nous vous donnons rendez-vous en septembre pour le numéro 4 qui sera consacré au thème ô combien important de l’éthique des affaires.

 

Le département Recherche & Développement

 


Introduction de l’article de Diego Torraca, deuxième partie de l’article paru dans le numéro 2, « La reconnaissance d’autrui chez Max Scheler ».

〈〈 Dans la première partie de cet article, en observant les définitions des modalités établies par Scheler et les lois qui régissent leur rapport, nous sommes arrivés à une définition de la reconnaissance d’autrui à travers la sympathie, celle-ci caractérisée par le fait de partager la joie ou la souffrance d’autrui.

Nous avons affirmé à la fin de cette première partie que la sympathie, dans sa version caractérisée par le partage immédiat d’un même sentiment par des individualités différentes, est par excellence le phénomène essentiel d’une reconnaissance d’autrui. Cependant, dans son exposition des modalités hiérarchisées, Scheler distingue deux formes de sympathie, comme nous l’avons expliqué. La première forme se caractérise par le partage immédiat du sentiment d’un autre individu, c’est-à-dire, non pas le partage en tant que division entre A et B d’un même sentiment, mais le fait d’éprouver en commun le même sentiment. La deuxième forme de sympathie est caractérisée par le fait de « prendre part » au sentiment d’autrui. Comme nous l’avons vu, ce qui distingue ces deux formes de sympathie est la coïncidence ou non de la sympathie et du sentiment. Dans sa première forme, la sympathie est le même fait phénoménal que le sentiment partagé, tandis que, dans sa deuxième forme, la sympathie est clairement distincte du sentiment d’autrui, parce que le fait de le penser, n’implique pas que ce sentiment soit éprouvé en commun par A et B.

Nous affirmons dans ce travail que la reconnaissance d’autrui chez Scheler est fondamentalement le fait du partage immédiat du sentiment d’autrui. En ce sens, notre définition de la reconnaissance se rapproche davantage de la première forme de sympathie schelerienne, que de la deuxième. C’est cette définition positive d’ailleurs qui distingue la reconnaissance de la connaissance d’autrui, celle-ci illustrée par la philosophie de Husserl qui s’appuierait non pas sur le sentiment pour concevoir un autre que moi, mais sur une analogie du type non sentimental. Mais cela ne signifie pas que nous excluons la deuxième forme de la sympathie de la définition positive de la reconnaissance, c’est-à-dire en tant que fonction qui pense le sentiment d’autrui.

Ici encore ce sont les définitions de Scheler lui-même qui vont éclairer notre propos. S’il y a bien une distinction nécessaire entre les deux formes de la sympathie, il faut que nous développions la reconnaissance d’autrui vis-à-vis de cette distinction, mais aussi la reconnaissance vis-à-vis des points en commun de ces deux formes de sympathie. Certes, la reconnaissance est le fait du partage immédiat d’un sentiment d’autrui, mais le fait de penser ce sentiment doit faire partie de la définition positive de la reconnaissance.


, , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *