Coaching professionnel – Les chances de réussir à la suite d’une formation de coaching 1/3

17-09-2015



Quelles sont vos chances de réussir dans ce secteur d’activité à la suite d’une formation de coaching ?
Cette question à tiroirs est dérangeante mais essentielle. Vos chances de réussir dépendent de vous, mais pas entièrement.

Quelles sont vos chances de réussir dans ce secteur d’activité à la suite d’une formation de coaching ? 

 

Cette question à tiroirs est dérangeante mais essentielleVos chances de réussir dépendent de vous, mais pas entièrement.

Elles dépendent également de la qualité de la formation qui vous est dispensée, de l’adéquation du contenu pédagogique à la réalité du coaching opérationnel sur le terrain, de la pertinence et de l’efficacité de la transmission grâce à des formateurs véritablement professionnels du coaching en activité et de la véritable légitimité de la certification professionnelle. La reconnaissance de la formation et de sa certification par une autorité indiscutable, en l’occurrence l’état, donne légitimité et crédibilité à votre identité professionnelle.

Dire que cela est essentiel quant à votre employabilité et au développement de votre activité professionnelle relève de l’euphémisme.

Réussir dans ce métier du coaching ne dépend donc pas entièrement et exclusivement de vous, même si votre responsabilité est fortement engagée.

Notre responsabilité en tant qu’acteurs du coaching est engagée quand nous ne nous élevons pas contre des pratiques malsaines qui trompent délibérément les clients. Ce qui est en jeu, ce n’est rien de moins que la réussite de votre projet. Ce qui est en jeu c’est l’image de notre métier. Ce qui est en jeu c’est léthique des affaires. Y a-t-il de la place dans ce métier pour les amateurs ? Faut-il laisser prospérer les pratiques commerciales douteuses ?

Ma réponse est clairement non.

Comment ne pas être stupéfait d’apprendre que des « organismes de formation…. au coaching » prétendent qu’une certification reconnue par l’état, inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelle – RNCP – de niveau 1 (équivalent bac +5) n’a aucune valeur ?

Outre le fait que cela relève de la tromperie pure et simple des clients, l’image donnée de la profession est désastreuse et pathétique.

Comment ne pas être surpris de voir aujourd’hui encore fleurir de prétendues certifications européennes fantaisistes sans aucune légitimité ni aucune reconnaissance d’aucun des états européens, par ailleurs signataires de l’accord de Bologne (Italie) où chaque pays s’engage à reconnaître l’équivalent du RNCP de chacun des états signataires ?

Il n’existe pas de diplôme ou de Certification professionnelle Européenne de coaching.

Dans un autre registre que faut-il penser des certifications prenant l’appellation « master coach » ? Que signifie Certification Master Coach ? Elle ne signifie pas diplôme d’état (inscrit au RNCP) de Master I – anciennement Maîtrise. Elle ne signifie pas non plus diplôme d’état (inscrit au RNCP) de Master II – anciennement DEA ou DESS. De quel master peut-il bien s’agir ? Pour quelle légitimité… ?

 Sachez que n’importe quel organisme de formation peut prétendre à être reconnu par l’état, s’il parvient à démontrer ses qualités, sa pertinence et son professionnalisme.

Je voudrais souligner pour faire bonne mesure que Linkup Coaching n’a pas craint de se voir évaluer, étudier et juger par les organismes officiels de certification, d’accréditation et de qualification.

  1. La Certification « Devenir Coach Professionnel » Linkup Coaching est reconnue par l’état et inscrite au RNCP à niveau 1 (équivalent Bac + 5)
  2. La formation et la Certification « Devenir Coach Professionnel » Linkup coaching sont accréditées EMCC EQA niveau Practitioner. (L’EMCC est la fédération Européenne de coaching)
  3. Linkup Coaching en tant qu’organisme de formation est qualifié OPQF (voir sur notre site)
  4. Les Spécialisations (formation à des spécialisations) au coaching  Linkup Coaching ouvrent à des Certifications CP FFP qui ouvre au titre de « Coach spécialisé en …..

Sur les sites internet de chacun des organismes cités, il est aisé de vérifier et de contrôler la réalité des « reconnaissances » pré-citées.

Pour conclure je voudrais dire que vous êtes logés à la même enseigne que le médecin de votre quartier face à un client exigeant qui se pose légitimement la double question de la validité et de la qualité de vos études et de la légitimité de la Certification Professionnelle ou du diplôme obtenu.

La réussite de votre projet professionnel dépend de vous, de votre exigence et de vos choix éclairés et conscients, mais pas que.


, , , , ,


6 réponses à “Coaching professionnel – Les chances de réussir à la suite d’une formation de coaching 1/3”

  1. spiridigliozzi dit :

    Bonjour
    J’ai pu commencer à mettre en oeuvre 2 projets en coaching interne à la RATP.
    Je tiens à compléter le propos de linkup sur les abus dans ce domaine.
    Effectivement, j’ai découvert que d’autres collègues ont suivi une formation de coaching dans une école non référencée. Ceci crée un doute quant à la qualité de l’offre en matière de coaching.
    Mon projet est de lancer mon auto entreprise en 2016 avant mon départ en retraite en 2018. J’espère pouvoir le développer car en tant que coach professionnel je me sens totalement engagée pour défendre les valeurs de ce beau métier.
    A bientôt
    Christine Spiridigliozzi

    • JLAB JLAB dit :

      Bonjour Christine,
      Je ne peux que vous encourager à défendre les valeurs de ce métier en lui donnant à travers votre action, lisibilité, crédibilité et légitimité. Défendre ce métier c’est défendre la pérennité d’une activité économique au bénéfice de tous ses acteurs au nombre desquels les prescripteurs, nos clients.
      Mes voeux sincères pour la réussite de votre projet.
      Bien à vous
      Jlab

  2. christine dit :

    Bonjour,

    Quelle légitimité a l’Etat de reconnaître une formation en coaching?

    • JLAB JLAB dit :

      L’ autorité indiscutable parce qu’impartiale qui reconnait en France la qualité et la pertinence des formations, c’est l’Etat. Ainsi des commissions techniques statuent au nom de l’état dans les différents champs qui interessent la formation et l’enseignement.
      Il résulte de leurs actions:
      – Qu’elles assurent une cohérence de niveau dans la qualité des formations, des certifications et des diplomes reconnus.
      – Qu’elles déterminent les critères de recevabilité et de reconnaissance.
      – Qu’elles nous gardent des dérives, des petits arrangements entre amis, de l’influence de groupes de pression issus de majorité comme de minorité, de pratiques d’attribution contraire à l’éthique.
      Posons-nous la question suivante: Quelle légitimité a l’état de reconnaître une formation de médecine, de philosophie, d’osthéopathie, de sophrologie, de psychologie, d’ingénieur, d’informaticien, de cuisinier, de secouriste, d’infirmier, d’orthophoniste, de psychomotricien, d’expert comptable, d’anthropologue, de notaire, d’infographiste, de sociologue, de conservateur de bibliothèque…?
      L’égalité devant la loi et la justice… ajoutons à cela une exigence de qualité et d’efficacité, dans le cas du coaching d’employabilité… c’est un bon début!
      C’est réellement une chance et une opportunité de développement pérenne pour la profession, que l’Etat, au travers de la Commission Nationale de la Certification Professionnelle et l’inscription au Répertoire National des Certifications Professionnelles, ai entrepris de structurer et de reconnaître notre métier.
      Professionnels et défenseurs de l’image et de l’intégrité du coaching, continuez le combat!

  3. Sylvie dit :

    Bonne question
    Qu’en pensez-vous?
    SH

  4. Lagrenaudie Camille Lagrenaudie Camille dit :

    Bonjour Christine,

    Je vous remercie d’avoir soulevé cette question parce qu’elle permet de mettre l’accent sur un point fondamental.
    L’état est justement l’entité la plus légitime et crédible pour statuer ces questions. Puisqu’il n’a aucun intérêt à enregistrer au RNCP un organisme plutôt qu’un autre, son seul critère de décision repose sur ce qu’il jugera de la qualité, du sérieux, et de la compétence de l’organisme. L’Etat évalue les bénéfices que ses ressortissants tireront grâce à tel organisme, et il statue. Il en va de cette redoutable simplicité et de cet inébranlable bon sens.
    L’état décide en matière de coaching, exactement comme il le fait pour le BAC, l’Ecole nationale d’Administration (ENA), l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM), l’Ecole Polytechnique, les Écoles Supérieures de Commerce, et j’en passe beaucoup.

    Ce qui m’apparaît en revanche beaucoup plus compliqué, obscur, et retors, c’est le fait qu’une organisation puisse s’auto-proclamer compétente en matière de certification.
    Je souhaite, avec légèreté, pousser le raisonnement. Imaginez, Christine : demain, je crée l’AIC : l’association intergalactique du coaching. Je choisis le terme intergalactique parce que international, c’est déjà pris ; et puis, entre nous, c’est plus classe ! Bref, je me fais élire président de cette association, et certifie « coach professionnel » qui viendra me rencontrer, sur la base de critères que j’aurais créés moi-même, seul dans mon coin, sans contrôle d’une entité extérieure et impartiale.
    Quelle valeur accorderez-vous à cette certification ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *